Ah le doudou ! Que ce soit une peluche ou un bout de tissu, essentiel à votre enfant, cela peut vite se révéler un drame s'il est perdu ! Mais pourquoi est-ce que le doudou est si important à l'enfant ? Comment faire lors de l'arrivée à la crèche avec ou sans doudou ? Et comment s'en détacher ? Notre experte Marie Quenolle, Directrice adjointe dans notre crèche d'Enghien le Lac vous explique tout ! 

Le doudou, qu’est-ce que c’est ?

Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste anglais, décrit le premier dans les années 50 le doudou comme « objet transitionnel ». Pour lui, l'enfant vient au monde inachevé, démuni, sans possibilité de distinguer un intérieur et un extérieur et devant faire face à de nombreuses frustrations. L’objet transitionnel permet à l’enfant, selon Winnicott, de faire le pont entre sa relation primitive, c’est-à-dire fusionnelle avec sa mère ou sa figure d’attachement privilégiée, et le monde extérieur, tout en conservant un petit bout d’elle.

Le doudou est la première possession de l’enfant. Il a tous les droits sur lui : il l’aime passionnément, mais peut décharger sa colère sur lui, le maltraiter, il sera toujours là. C’est la notion de permanence de l’objet, qui l’aidera progressivement à se détacher de sa figure d’attachement : la personne existe en dehors de lui.

 

Quel doudou ?

C’est souvent l’enfant qui choisit son doudou, en fonction de sa forme, sa texture, sa couleur, et surtout son odeur. Il peut prendre la forme d’une peluche, d’un tee-shirt, d’une couverture qui porterait l’odeur de son parent, du lait maternel, ou de la lessive de la maison : quelque chose qui lui rappelle son environnement sécurisant.

Parfois, l’enfant peut également se créer un doudou « fictif », comme en se touchant une partie du corps, en suçant son pouce.

Perdre un doudou peut se révéler être un drame ! Un second racheté à l’identique mais jamais utilisé par l’enfant n’aura pas tout à fait la même usure, la même odeur… En prévoir deux identiques proposés tour à tour dès tout petit peut être une alternative en cas de perte ou d’oubli.

"

Le doudou est un objet transitionnel qui permet à l’enfant de faire le pont entre sa relation fusionnelle avec sa mère, et le monde extérieur, tout en conservant un petit bout d’elle.

"

Quelle relation au doudou à la crèche ?

Il est possible qu’à la maison, votre enfant, dans son univers connu et sécurisant et sans séparation d’avec son parent, n’ait pas eu besoin de doudou jusqu’à présent. En arrivant à la crèche, c’est un monde nouveau qui s’offre à lui, avec toute sa richesse mais aussi son lot de craintes. Le doudou l’aidera alors à faire la transition entre le domicile et la collectivité, à se rassurer : en le serrant contre lui, votre enfant pourra prolonger le sentiment de sécurité qu’il ressent chez vous, en votre présence.

C’est un outil précieux, pour lui et pour les professionnels, pour assurer son bien être au quotidien !

Le doudou est laissé à disposition de l’enfant, qui sait où le trouver lorsqu’il en éprouve le besoin. C’est en ayant cette autonomie que l’enfant pourra plus tard s’en détacher.

Nous veillons cependant à ce que le doudou ne se substitue pas au réconfort d’un adulte ! En effet, si l’on donne le doudou à l’enfant dès qu’il pleure, sans remettre en mots son émotion, il ne fera pas la différence entre peur, douleur, fatigue, frustration… De plus, proposé comme solution unique à tout sentiment « envahissant » le doudou deviendrait fétiche, et entraînerait une dépendance de l’enfant.

"

En arrivant à la crèche, c’est un monde nouveau qui s’offre à votre enfant, avec toute sa richesse mais aussi son lot de craintes. Le doudou l’aidera alors à faire la transition entre le domicile et la collectivité, à se rassurer.

"

Jusqu’à quel âge ?

C’est l’enfant qui décidera de lui-même de ne plus prendre son doudou car il n’en ressentira tout simplement plus le besoin. A partir de 2 ans environ, l’enfant commence à « oublier » son doudou et le laisse dans le coffre à jouets, sur le canapé, et à ne l’utiliser que dans les situations émotionnellement difficiles… Avec l’arrivée de la parole, et la création du lien social, l’enfant se tournera davantage spontanément vers l’adulte ou un autre enfant pour exprimer son émotion, et ainsi arriver finalement à se détacher complètement de son doudou entre 4 et 5 ans, en règle générale.

Cependant, lors d’une situation stressante (déménagement, rentrée scolaire, hospitalisation…) il peut avoir besoin d’y recourir de nouveau, de façon transitoire. Une fois l’événement passé, il le délaissera spontanément.

 

Comment l’y aider ?

« L’encouragement est à l’enfant ce que l’eau est à la plante » R. Dreikurs.

Evitez de retirer brutalement à votre enfant son doudou. Il a besoin d’être rassuré et de comprendre ses émotions, pour pouvoir s’en détacher.

Ainsi vous pouvez commencer par le responsabiliser : c’est à lui de l’emmener lorsque vous sortez, par exemple. Vous pouvez également lui proposer de le laisser le temps des courses pour qu’il le retrouve après. A la maison, il est possible d’aménager un endroit spécial où le ranger pendant qu’il joue, mange, se lave. Il saura où le trouver en cas de besoin, mais ira de moins en moins en grandissant.

 

M'abonner Ă  la newsletter

Nos partenaires