Les régurgitations

Quel bébé n’a jamais régurgité? Simple mécanisme naturel ou est-il nécessaire de le traiter? Emilie, Infirmière Puéricultrice pour le service DoudouCare vous explique et vous conseille.

Un mécanisme naturel

Plus de 40% des bébés régurgitent. La régurgitation survient généralement juste après avoir mangé et 5 à 10ml de lait peuvent s’écouler.

Le cardia, muscle situé entre l’estomac et l’œsophage, se ferme afin d’éviter une remontée des aliments. Cependant chez le bébé, ce muscle est encore immature. Le phénomène de régurgitation survient donc lorsque le contenu de l’estomac remonte vers l’œsophage. Il est aussi appelé reflux gastro-oesophagien ou RGO.

Les régurgitations peuvent être de plus en plus fréquentes jusqu’aux 4 mois de l’enfant. Néanmoins, en l’absence de signes de douleurs et de répercussions sur la croissance de l’enfant, les parents peuvent se rassurer, ce phénomène est passager. Lorsque l’enfant pourra tenir assis et debout, les régurgitations disparaîtront et ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Les signes à surveiller 

Si bébé … :

  • pleure ou se tortille beaucoup pendant et après les tétées
  • ne dort pas bien
  • tousse beaucoup, présente des gènes respiratoires
  • ne prend pas de poids
  • a des crises de pleurs importantes, manifeste de la douleur
  • vomit subitement en jet (le lait est projeté loin de la bouche)

… il est recommandé d’en discuter avec votre médecin traitant qui évaluera l’intérêt ou non d’un traitement.

 

Mes 5 conseils d'infirmière puéricultrice :

1- Faites des pauses pendant les tétées, afin d’aider bébé à faire des rots et expulser l’air qui remplit son estomac.

2- Laissez bébé à la verticale, dans les bras pendant quelques minutes juste après le repas. Ce n’est pas le moment de lui faire faire l’avion, n’est-ce pas les papas ? Ensuite, installez-le en écharpe de portage ou porte-bébé, ou encore sur un plan incliné pendant 30 minutes environ.

3- Limitez les vêtements et couches trop serrés sur le ventre.

4- Démarrez la diversification dès que l’enfant est en âge.

5- En cas de troubles du sommeil, inclinez légèrement le matelas tout en laissant bébé dormir sur le dos.

 

Changement de lait ?

Si bébé est allaité : le lait maternel reste l’alimentation idéale, même s’il régurgite beaucoup. Ce lait chargé d’anticorps maternel limitera les inflammations et brûlures de l’œsophage.

Si bébé est nourri avec un lait infantile, il est possible de passer sur un lait épaissi dit anti-régurgitation ou AR. Il en existe de deux types : le lait à base de caroube, et celui à base d’amidon de riz. Le deuxième a tendance à accélérer le transit, à l’inverse du premier qui le ralentit. Il est important de la changer pour l’autre formule si des signes de coliques accompagnés de troubles digestifs apparaissent (diarrhées ou constipations).

Je vous recommande de réaliser un changement de lait progressif pour aider votre enfant à appréhender ce nouveau goût :

  • 1er jour : dans chaque biberon, conservez ¾ de l’ancien lait, avec ¼ du nouveau.
  • 2ème jour : faites moitié-moitié.
  • 3ème jour : utilisez ¾ du nouveau lait et ¼ de l’ancien lait.
  • 4ème jour : votre bébé devrait maintenant préférer le goût de ce nouveau lait à l’ancien.

Consultez votre médecin traitant si des symptômes d’intolérance apparaissent (diarrhées, vomissements, plaques rouges…) ou avant de proposer un lait spécifique (type sans protéines de lait de vache par exemple). Ne donnez que du lait infantile, et non des jus (comme les jus de soja ou de riz), car ils pourraient être sources de carences chez votre bébé.

 

Le saviez-vous ?

Le système digestif du bébé a besoin d’au moins 15 jours pour s’adapter entièrement au changement de lait. Alors attendez avant de dévaliser le supermarché en boîtes de lait de marques différentes. La patience et les encouragements permettront à bébé de mieux appréhender ce qu’il se passe dans son corps.

Nos partenaires

M'abonner à la newsletter