Mon enfant a mordu, comment réagir ?

Pourquoi l'enfant mord-il ? Comment dois-je réagir et comment interpréter son attitude ? Nous répondons à toutes vos questions !

Pourquoi l’enfant mord-il ?

Le tout petit déjà « mord » le sein de sa mère. Il mord tout ce qu’il aime, c’est pourquoi la morsure est parfois assimilée à un « acte d’amour » ! La bouche est le premier moyen d’exploration, l’enfant met à la bouche, goûte, mange, …et mord ! Il appréhende les aliments, les objets, le monde par la bouche.

Dans le cas des enfants de moins de 1 an, les adultes ne considèrent pas les morsures comme un acte « agressif ».

Pourtant, il n’y a pas de différence fondamentale avec les enfants de moins de 3 ans. Ils ne font pas mal à l’autre de manière intentionnelle. Si la morsure est vécue comme agressive, c’est surtout parce qu’elle est douloureuse et qu’elle laisse des traces !

Le période pendant laquelle les enfants ont tendance à mordre survient généralement entre le moment de l’acquisition de la marche et celui du langage.

Le développement des capacités motrices, pousse l’enfant aux découvertes et à l’exploration du monde qui l’entoure. L’enfant fait l’apprentissage de la relation à l’autre tout en découvrant l’effet de ses actes. Ainsi, la morsure mais aussi le fait de pincer ou de tirer les cheveux sont pour les enfants des découvertes sources de plaisirs associées à la recherche de contacts. Souvent la morsure survient au cours de conflits à propos d’objet par exemple. Or l’être humain est un être pulsionnel et le petit de l’homme est « pris » dans cette pulsion. La morsure est un acte impulsif que le jeune enfant ne sait pas et ne peut pas contrôler.

De plus, cette période de découverte coïncide avec le moment où l’enfant est confronté à l’expérience de la frustration provoquée par l’interdit posé par l’adulte.

Or, l’enfant qui ne dispose pas encore des moyens de pouvoir parler de ses désirs et de ses ressentis, n’a pas d’autres recours que de les exprimer par des actes physiques pulsionnels.

Dans la majeure partie des cas, lorsque l’enfant accède au langage les actes agressifs diminuent.

 

"

L’enfant fait l’apprentissage de la relation à l’autre tout en découvrant l’effet de ses actes. Ainsi, la morsure mais aussi le fait de pincer ou de tirer les cheveux sont pour les enfants des découvertes sources de plaisirs associées à la recherche de contacts.

"

Dans quels cas ?

  • L’enfant mord car il a mal aux dents: en période de poussée dentaire mordre peut permettre de soulager les gencives. Comme les enfants ne font pas encore la distinction entre les objets ou une partie du corps il est possible qu’il morde.
  • Il mord parce qu’il découvre le monde en portant à la bouche tout ce qu’il trouve.
  • Il mord parce qu’il est débordé par une émotion qui devient incontrôlable pour lui: colère, frustration, curiosité, amour de l’autre.
  • Il mord parce qu’il veut un objet: lorsque l’enfant veut absolument un objet possédé par un autre et que ce dernier ne veut pas lâcher, il peut mordre pour l’obtenir.

 

Comment réagir ?

Le plus souvent l’enfant qui a mordu a été envahi par une décharge brutale de tension qui l’a surpris tout autant que la réaction de l’enfant qui a été mordu. L’attitude de l’adulte doit être de lui signifier clairement et immédiatement l’interdit ! Inutile d’en reparler ultérieurement, l’enfant aura oublié. L’adulte veille donc à garder son calme et à mettre des mots sur ce qui vient de se passer, sur les conséquences de son geste, avec fermeté mais sans violence et sur un ton apaisant.

L’enfant a besoin de trouver réconfort et compréhension auprès de cet adulte.

Il est essentiel de consoler l’enfant mordu, de reconnaître la souffrance et l’atteinte, sans dramatiser. C’est l’acte de mordre qui est interdit et répréhensible, ce n’est pas l’enfant qui est jugé mauvais, ou exclu.

« NON »

Remordre un enfant qui vient de mordre ! Les adultes ne doivent pas se laisser entraîner à réagir à la violence par la violence. Parler est toujours mieux que taper, et parler n’est pas crier !

Que signifiait pour un enfant de se faire mordre par un adulte qui serait en train de lui dire que c’est interdit ?

Pour en parler avec son enfant 

Utiliser le jeu et les livres ! Les jeux symboliques, en particulier autour de l’agressivité (animaux qui mordent, personnage qui se battent, jeux de « guerre »…) mais aussi les poupées, les voitures, les jeux de construction permettent aux enfants de mettre en scène leurs émotions : »pour de vrai »et « pour de faux » est un jeu essentiel ! De même, les livres traitant de cette thématique (colère, interdits et frustrations, histoires de loup de fauves…) sont précieux pour en reparler à froid, en prenant un peu de distance.

 

Quelques outils dans nos crèches pour accompagner les enfants 

  • Un  panier à morsure : avec différents objets que l’enfant pourra mordre lorsqu’il en aura le besoin. On peut y trouver des anneaux de dentition, petites balles à picots, anneaux en bois…
  • Un  coussin de la colère pour autoriser l’enfant à décharger son émotion sur un objet qui ne ressentira pas la douleur.
  • Des livres qui parlent de la morsure. Tels que : Bye-Bye les morsures de Elizabeth Verdick, Ne mords pas petit loup de de Anne Crahay et Amandine Laprun. La couleur des émotions de Anna Llenas.
  • Des  cartes à émotions
  • Une bouteille de retour au calme : face à une émotion qui envahit l’enfant lui proposer de secouer la bouteille et l’observer.

Nos partenaires

M'inscrire en crèche