Crèche fermée, comment associer votre quotidien avec vos enfants et votre activité professionnelle ? Comment prolonger l'éveil de votre enfant à la maison ? Et comment faire face à ces changements qui se répercutent sur votre famille en modifiant ses rituels et habitudes ? Mélanie, Directrice Adjointe de notre crèche de Boulogne, vous donne des pistes de réflexions et quelques astuces pour vous, parents !

Nous avons dû faire des généralités, aussi chaque petite idée devra être adaptée à votre configuration familiale et à l'âge de vos enfants.

Comment aborder la situation avec vos enfants ?

Depuis plus d’un an maintenant les enfants baignent dans ce contexte si particulier mais n’ont pas la capacité d’en saisir tous les tenants et aboutissants.

La crèche ferme et toutes leurs habitudes vont être modifiées, il va être important de mettre des mots sur cette situation (utiliser des mots simples, ex : Le virus est toujours présent, la crèche va fermer et nous allons rester à la maison, on va trouver une nouvelle organisation pour tout le monde à la maison). La modification de leur quotidien pourra en chambouler certain, en parler permettra de limiter le stress.

  • Continuer de parler de la crèche, pour cela vous pouvez utiliser le cahier de souvenirs, le remplir au quotidien, parler des professionnelles qui sont également dans leur maison, que dès que la crèche pourra ouvrir de nouveau, tout le monde sera là pour se retrouver.

  • Parler de vos émotions à vos enfants peut les aider aussi à mieux comprendre ce qu’il se passe pour vous. Cela aide souvent à dire ce que nous ressentons (je suis en colère car…, je suis heureux car…). Lorsque les émotions sont « négatives », les nommer favorise le fait de passer ensuite à autre chose.

Gérer le quotidien : quelques idées pour s'organiser

  • Pensez à vous accorder du temps. Il est important que vous puissiez aussi avoir du temps pour souffler, sans enfants (en se passant le relais entre conjoint, en faisant appel a la famille, en profitant des temps de repos de l’enfant pour s’accorder des moments de bien être personnel par exemple). Quelques minutes c'est déjà bien :)
  • Pour les plus grands, vous pouvez proposer un planning afin que les enfants puissent se créer de nouveaux repères. Celui-ci pourra être créé avec l’enfant et agrémenté d’images pour qu’il soit plus facilement compréhensible. Plusieurs lignes peuvent apparaitre ( planning de papa, planning de maman, des frères et sœur…). Il est à adapter en fonction de vos habitudes bien sûr. Cela permettra également de rythmer les journée pour tous.
  • Pour les plus petits repérer le rythme habituel de votre enfant pourra être une piste pour adapter votre planning de travail. Quand cela est possible, des temps d’alternance avec votre conjoint, ou autre membre de la famille pourrait vous permettre de placer à l’avance sur votre semaine la réalisation de vos tâches principales de travail.

La répétition de petits rituels au quotidien va permettre aux enfants de se sécuriser. En réalisant toujours les choses dans le même ordre les enfants pourront appréhender d’avantage le déroulé de la journée. Voici quelques idées de rituels que vous pouvez proposer:

  • Lavage des mains avant le repas, la « chanson du chef » pour annoncer le début du repas (les enfants la connaissent)
  • Temps calme et d’histoire avant les moments de repos.
  • Habillage toujours après le temps du petit déjeuné…

Responsabiliser les plus grands sur des petites tâches du quotidien, cela vous fera une petite aide, mais permettra surtout d’occuper les enfants pendant ces moments ou vous êtes moins disponible. Pour eux, c’est l’occasion de faire de nouvelles expériences, d’imiter les parents, d’être plus autonome , de s’amuser, de se « sentir grand » et prendre confiance.

  • Les temps de repas : mettre les emballages à la poubelle, mettre la table ou juste les verres , débarrasser son assiette, activité pâtisserie pour préparer le dessert…
  • Les temps de ménage : confier la petite balayette à l’enfant et le laisser vous imiter; lui confier une petite éponge pour essuyer la table; le laisser étendre les chaussettes avec des pinces à linge : un super jeu de motricité fine ; trier les vêtements en fonction des couleurs ; mettre les affaires au linge sale ou dans la machine à laver
  • Les petites activités de grands : arroser les plantes (on peut faire des petits trous dans le bouchon d’une bouteille pour faire un petit arrosoir), aider à sortir le chien…

Accompagner les Ă©motions de l'enfant : comment faire ?

Le cerveau de l’enfant est composé de 2 parties : la partie droite qui représente le cerveau émotionnelle, elle est pleinement développée, et la partie gauche qui représente le cerveau du raisonnement celle ci est présente mais « non connecté », elle se développe entre 0 et 25 ans.

Les émotions entrainent des pulsions chez les enfants qu’ils ne sont capables ni de freiner, ni de maitriser. En effet c’est le cerveau du raisonnement qui n’est pas encore mature qui gère la prise de recul et la réflexion avant l’action.

Toutes les émotions, qu’elles soient positives ou négatives sont vécues comme des tempêtes émotionnelles pour l'enfant, la verbalisation de l'adulte permettra à l'enfant de maîtriser progressivement son émotion.

Les étapes pour accompagner les émotions de l'enfant : 

  • Réconforter l'enfant même s'il est "en tord"
  • Accueillir l'émotion de l'enfant en verbalisant (ex : je vois que tu es en colère)
  • Reprendre la règle ou l'interdit (ex : il est interdit de lancer les cubes dans la maison)
  • Proposer une alternative (ex : tu peux lancer le ballon)

 

Voir aussi notre article dédié au sujet :

Poser des limites : les points clefs

  • Une alternative peut être proposée à l’enfant pour répondre malgré tout à son besoin lorsqu’il fait une action « inappropriée »
  • Rendre acteur son enfant en lui laissant  le choix peut favoriser le respect de la limite « c’est moi qui te mets le manteau pour aller dehors ? ou tu le mets tout seul ? »
  • Se servir des livres pour aborder les sujets qui peuvent être difficiles (le sommeil, le repas, la propreté etc…) beaucoup de thèmes sont abordés.
  • Echanger ensemble sur ce qui est interdit (valable pour les plus grands)
  • Encourager l’enfant lorsqu’il progresse sur le respect d’une limite
  • S’autoriser à dire « non » sur ce qui est vraiment interdit
  • Les mêmes limites entre tous les adultes de la maison
  • Limiter le nombre de règles au strict nécessaire
  • Adapter les limites aux besoins de l’enfant
  • Rester bienveillant, en ayant en tête que l’enfant n’est pas en capacité de raisonner

Donner des limites à son enfant c’est assurer sa sécurité physique et psychique, elles sont essentielles pour son développement. Cela ne fait pas de vous un parent tyran ! 

Comment limiter l'accès aux écrans en confinement ?

Nous le savons tous, les écrans sont déconseillés pour les enfants de moins de 3 ans. Mais la tentation est grande quand l’enfant le voit toute la journée à la maison. Souvent il est en plus très calme lorsqu’il est devant, et cela laisse du temps pour les parents, alors que faire?

Si parfois votre enfant est face à l’écran, nous vous donnons quelques pistes:

  • Sélectionner scrupuleusement les programmes, et être présent au maximum avec l’enfant lors de ses temps devant les écrans.
  • Inviter l’enfant à décrocher régulièrement ses yeux de l’écran
  • Limiter le temps passer devant, privilégier des moments courts, quitte a avoir plusieurs moments dans la journée
  • Définir dès le début du temps d’écran le timing, et tenter de le rendre concret pour l’enfant : utiliser un sablier, ou un réveil, quand celui-ci sonne c’est la fin de ce moment.
  • Prévoir que malgré toutes les précautions prises, la fin de ce temps sera un moment extrêmement frustrant pour l’enfant. Un temps de verbalisation sera alors nécessaire, vous pourrez rappeler la règle définie au début, et surtout respecter ce que vous aviez instauré dès le début.

Lâchez prise !

Plus facile Ă  dire qu'Ă  faire mais tentons !

  • Limiter au maximum la pression qui repose sur vous, le quotidien de tous vas être chamboulé, chacun devra s’adapter à de nouvelles occupations, parents comme enfants.
  • Toutes vos tentatives ne seront peut être pas une réussite, ce n’est pas grave! La prochaine fois cela marchera sans doute.
  • En cas de « ras le bol », ne pas hésitez a s’accorder 5 minutes, faire redescendre la tension, puis reprendre ensuite la situation avec l’enfant.
  • Profitez au maximum des petits bonheurs quotidien (la vaisselle pourra sans doute être reportée à demain ; activité gâteau : il met de la farine partout, j’en profite pour l’inclure dans le rangement…)

Nos partenaires

M'abonner Ă  la newsletter